Le blog de Jean David TECHER, un Réunionnais à Saint-Priest/Lyon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


vendredi 22 juin 2007

Fête de la musique à  Castelnau-Le-Lez

Jeudi soir avec Cat', après le repas, nous nous sommes rendus à  la place de la Liberté à  Castelnau pour voir la mini-fête qu'il y avait à  l'occasion. Y'avait au moins une centaine de personnes! Nous avons décollés aux environs de 21h15 de la maison. J'ai pris un café puis une menthe à  l'eau. Cat' s'est prise deux pressions. Y'avait comme un air de fête de village! C'était assez marrant!

Du bar de chez chricrhi, j'ai vu les habitués «les piliers du bar» comme on dit, chacun un verre à  la main, posé trankilou. Certains étaient venus en famille festoyer et manger. Un monsieur m'a même proposé une brochette de saucisses . Même si j'avais déjà  mangé, j'ai pas refusé, mon estomac ne connait pas de faim !

Après avoir passé un petit moment assis dehors, nous sommes rentré au bar pour nous poser un moment. Une bonne ambiance aussi à  l'intérieur! Même un peu saoul, certairns étaient comme des gamins LOL.

Puis vers 22h30, nous sommes rentrés à  la maison. Simba nous attendait trankil à  la maison comme d'habitude. Cat' s'est couchée et s'est de suite. Après ces quelques jours de semaine o๠je me un peu pris la tête avec du Java Script, celà  m'a fait du bien de sortir un coup! Mais y'a le week-end qui s'annonce !

mercredi 6 juin 2007

Pour une poignée de dollars - toujours un pur bonheur

Le temps aura beau passé, les générations se succéder, Clint est toujours aussi impeccable dans ce bon vieux western du maà®tre Sergio Leone. Cela a été un vrai régal hier soir que de rematter ce bon vieux western sur France3 - c'est un classique à  l'approche de l'été que la diffusion de ces westerns - qui a baigné ma tendre enfance avec mon père. Obligé de regarder à  l'époque , j'avais pas le choix. Mais je ne regrette pas ....Nostalgie quand tu nous tiens!

Ce western est le premier d'une trilogie: la trilogie de l'homme sans nom - comme aimait si bien le dire Sergio Leone. S'ensuivront pour quelques dollars de plus et le mythique le bon, la brute et le truand. Ah les bons vieux westerns spaghettis! De l'époque à¢ge d'or dans les années 60-70 du genre, ce sera l'un des seuls à  demeurer bien des années après.

Quand j'étais petit, mon père me racontait souvent le nombre impressionnant de fois o๠lui et ses copains sont allés voir le bon, la brute et le truand au cinéma. Alors qu'il était encore dans ses études d'aide-soignant, le soir après les cours, il se précipitait avec ses amis pour aller faire la queue devant le cinéma pour aller voir le film. Et là  c'était le cinéma de quartier à  l'à®le de la Réunion à  Saint-Pierre. A force de l'entendre prononcer les tyrades du film à  longueur de journée, j'ai fini par moi-aussi avoir l'habitude parfois de citer ce genre de répliques . D'ailleurs de ma génération, j'ai eu aussi des copains à  qui ça arriavit de connaitre ces répliques. L'un commençait par citer le début de la réplique et l'autre la terminait...

A cette époque là , pour certains hommes la vie n'avait pas de prix....

Mais la mort elle en avait une...

On appellait ces hommes des bounty killer.

Et la musique! Que dire si ce n'est qu'elle a été signée par le maà®tre Ennio Morricone. Il aura signé la musique des trois films. D'ailleurs une légende veut que pour la musique du bon, la brute et le truand, en 66, Ennio Morricone l'est signé d'un trait. A l'époque, il planchait depuis des jours sur la musique du film qui devait à  l'époque aussi bien faire ressentir le ton de la guerre de sécession que l'intrigue du film. Ennio relata cette anecdote lors des célébrations du bicentenaire du cinéma il y a quelques années.

Un matin alors qu'il planchait sur la musique, il décida de faire une pause. Il se rendit à  sa cuisine se servir un café. Il s'assit à  la table de la cuisine, regarde par la fenêtre, voit un oiseau passer. Et là  subitement le coup de génie! Il file vers son bureau dans une pièce de sa maison et écrit les partitions d'un trait sur des pages blanches en faisant abstraction des diverses idées qu'il avait eu auparavant. Quelque jours plus tard, en studio, il fait écouter à  Sergio Leone son travail. Celui-ci dira qu'il n'y aura quasiment rien à  changer! Je sais pas ce qu'il a eu comme inspiration ce jour-là  mais chapeau! Signé une musique pareil en si peu de temps!

vendredi 1 juin 2007

Théatre hier soir à  Castries au foyer communal Henri Paulet

Avec ma chérie hier soir, nous sommes allés assister à  une pièce de théatre "Un temps pour ...." au foyer communal H. PAULET de Castries. Pièce de Ruben Garcia Jeau, et avec la participation de plusieurs jeunes acteurs aussi bien de Castries que de Castelnau-Le-Lez, nous avons passés un bon moment. Nous sommes arrivés un peu en retard avec le mauvais temps qu'il y avait.

A notre arrivée, nous avons eu droit à  un sketch de Sammy sur des jeux de mots trop bien fait . Malgré le mauvais temps, la salle était bombée . Après le sketch, nous avons eu droit à  une pièce sur la jeunesse, la destinée et la fatalité. Parsemée de chansons interprétés par un chanteur et une chanteuse en herbe, ça valait le déplacement. Douces voix bien ennivrantes par des artistes en herbe...

C'était tellement bien fait que je n'ai pas vu le temps passé: la pièce s'est terminée aux alentours de 23h00....