Le blog de Jean David TECHER, un Réunionnais à Saint-Priest/Lyon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


1 2 3 4 5 >

mardi 12 mai 2020

Ici Astrane de Medicenes, Haut-Fils de Jericco...Lettre aux convoyeurs des 4 vents

Mes freres et soeurs,

Le monde du quart Sud a laisse s'entre-ouvrir une faille d'outre-monde. J'ai entendu ici bas les plaintes de ce monde oublie (...) Comment les gens de ce monde osent se plaindre quant ici bas, l'enjeu est tout autre. Cela me laisse perplexe. Tyrannie d'un autre temps. Mais j'ai pu entrevoir les ames de nos freres et soeurs emprisonnes dans cet outre-monde. Ils nous ont entendu et repondront a l'appel de la Reine

Le Haut-Conseil s'est reunit, il y a deja 4 lunes. Les plus et les moins de notre quete se sont fait sentir. Nos propos ont trouve echo aupres d'un jeune conquerant. La reine-cible est des notres. Au peril de sa vie, le jeune conquerant a reussi a localiser la reine-cible. Suite a cette bonne nouvelle, une expedition fut montee pour en savoir plus. Elle est et elle attend nos plus valeureux guerriers aux pieds des gorge des Nahreiytkilop.

Convoyez le contenu de ce message de la plus haute importance aux 4 points cardinaux. Chevauchez jour et nuit si peine s'en fait sentir. Ne trainez pas. Donnez-leur le point de ravitaillement.

Qu'ils soient en mission ou a la retraite, leurs presence est de mise. La conjonction aura lieu. Dites-leur que "le sacrifice de nos freres de Morlonne, de pierre maintenant a retrouve un point d'ancrage, laou le metal a fait parle le dragon". Ils comprendront ainsi ou et par quel moyen venir.

L'ombre est grande et elle trainera avec elle, l'espoir de nos freres.

Bonne route a tous.

lundi 15 avril 2019

Guettant l'horizon

Nous fîmes naufrage depuis des lustres. Nous n'étions que quelques rescapés du naufrage. Pour ma part, je me souviens mettre réveiller comme certains de mes semblables sur cette plage, affalé sur le ventre, l'écume des vagues me titillant les narines.(...)

Nul besoin de me demander où nous nous étions échoués. Je ne saurai le dire. La plage était jonchée des débris du bateau sur lequel nous naviguions. La mer déchainée avait fini par engloutir et emporté au loin une bonne partie du bateau. Je me souviens juste du rugissement assourdissant des vagues, des tours métalliques qui jonchaient cette plage..A quoi pouvait bien servir ces tours métalliques? Je ne sais point

Avec le peu de force qui me restait, j'avais réussi à parcourir cette immense plage à la recherche de possible rescapés. Nous étions à peine une poignée.

Comme toujours cherchant à fouiller dans ma mémoire pour essayer de me remémorer notre voyage en mer, je n'ai que des débris qui me reviennent à l'esprit. Selon toute vrai semblance, nous étions emprisonnés et en cage. Apparement nous avions été rendu dociles suite à une drogue ou un mélange qu'on nous injectait périodiquement. Je me souviens mettre réveiller par moment. Mais je me souviens surtout de cette silhouette fémine, cette femme sous cette capuche sombre tenant comme une lanterne à la main et dans l'autre une sorte de sphère verte. Je me souviens uniquement l'avoir entraperçu uniquement de dos. J'ai entraperçu son visage mais de dos. C'était une jeune femme.

Sur la plage, je n'ai pas trouvé son cadavre. Mais alors elle et sa garde, où diable était-il passé?

Une voix intérieure me dit d'attendre et de guetter l'horizon. Je réussis donc à convaincre mes compagnons d'infortune de faire de même. Nous attendions donc (...) en guettant l'horizon.

En 2011, le coup le plus rusé que le diable ait réussi...avant de prendre l'avion

Celà devait être en Avril/Mai 2011. J'étais en escale à Roissy/Charles-De-Gaulles. Je venais de finir d'enregistrer mes bagages. Suite à une envie pressante de fumer, j'étais sorti de l'aéroport pour fumer. Vu que onze heures d'avion, c'est long je me suis dis qu'il serait temps de fumer et de faire le plein de nicotine. En fouillant dans mes poches, je me souviens avoir senti mon bon vieux téléphone portable.
  • Sur le coup, je me suis dis "Tiens ce serait bien d'envoyer un texto à cette vieille connaissance"...J'ai écrit et je m'en souviens encore "Coucou. Comment vas-tu? C'est bientôt l'heure pour avion de décoller. J'espère que tu vas bien. Bises"
  • Quelques minutes plus tard, je me souviens avoir reçu ce texto "Je vais bien. Bon voyage à toi, profites en bien. Et merci encore pour tout Keyser."
  • J'ai répondu "Keyser?"
  • Elle a répondu "Oui...à la fin il s'envole"
Je me souviens avoir ri intérieurement pour ne pas provoquer l'interrogation ou l'étonnement des autres fumeurs autour de moi. C'est un souvenir mémorable. Il restera à tout jamais gravé dans ma mémoire. On est sur Internet et je sais que parfois cette personne passe sur mon blog et qu'elle se reconnaîtra.

Nous sommes actuellement en 2019. Par simple métaphore, je dirai qu'il n'y aura pas d'avion qui s'envole cette année mais que quelqu'un d'autre va atterrir -- si je peux m'exprimer ainsi --. On verra dans les jours/semaines/mois à venir de ce qu'il en ait.

Comme à mon habitude, je pense qu'il y aura de chaudes larmes à ce moment-là. Un doux réconfort sera des plus importants(...)Je ne fais aucun diagnostic pour le moment mais ce n'est juste qu'un ressenti je l'espère qui évoluera positivement.

Un nouveau acte à découvrir, de nouveaux chapitres à écrire.

lundi 10 décembre 2018

Le bateau regagna le port avec sa précieuse cargaison....

Mercharrtz, port des lamentations pour certains, port des âmes maudites pour d'autres. Ultime escale avant le long trajet des terres australes et la route d'Anherholt!

Le bateau était parti il y a de celà bien des mois. Les plus folles rumeurs avaient circulé à son sujet. Pour certains il avait fait naufrage pris dans les Hautes-Mers d'Owissean, la Terre de non-retour. Pour d'autres, vu sa précieuse cargaison, il avait dû être attaqué par des pirates. Certaines légendes avaient commencé à naître faisant part des pires auspices que la Terre des 5-Natalités ne pouvait que craindre.

Mais son retour ne pouvait signifier qu'une chose: les douzes royaumes avaient réussi à se retrouver pour signer leur fameux traité de paix. Pour le peuple de la Terre des 5-Natalités, ce traité ne pouvait être qu'une simple duperie. Le peuple en ces temps agités ne voulait pas trop se mêler des affaires des hautes instances. Il était mal vu de parler en public ou de critiquer la volonté de réunification des 12 royaumes(...)

Le bâteau jeta l'ancre au port. La dame qui était monté lors du départ n'y déposa point le pied au port. Nul ne la vit. On pensait qu'elle était sûrement rentré par un autre moyen. Mais un détail attira l'attention des hommes du port. Sa garde rapprochée et une autre femme descendirent du navire. La calèche attendait au bas du bâteau. La dame attendit la précieuse cargaison. La garde rapprochée se déplaçait en direction de la calèche en tenant un coffre dont s'échappait une étrange lumière orange et verte. Quel était cette sorcellerie?

Car oui était qualifié de sorcellerie tout acte jugé répréhensible voire le plus douteux du monde. La Terre des 5-Natalités était la terre où la sorcellerie fut bannie depuis des siècles. Aux vêtements portées par la dame, on comprit qu'elle appartenait à la haute société du 8ème Royaume. En ces temps troubles, il était mal vu d'accuser ou de faire du tort à la haute société. La foule regarda donc les gens prendre place dans la calèche sans oser le ton. Les gens ayant pris place dans la calèche, cette dernière s'éloigna laissant sur place une foule médusée et inquiète.C'était mieux ainsi pour tous! Parfois certaines questions doivent rester sans réponse.

Un mercenaire ayant eu vent de l'arrivée du bâteau rejoignit le convoi bien plus loin sur la route principal. Arrivé à la hauteur de la calèche, la dame descendit de la calèche. Mercenaire descendit de cheval. Genou posé au sol, regard pointé vers le sol, il eut ces quelques mots

Mercenaire: "Vous avez fait bon voyage?"

La dame: "Il est encore vivant et a survécu!"

Mercenaire: "Vos ordres?"

La dame: "Retrouvez-le. Expliquez-lui...Et si nécessaire..."

Mercenaire: "...Si nécessaire???"

La dame: "Et si nécessaire tuez-les tous! Et ramenez-le. Votre bâteau part demain matin aux aurores."

Mercenaire reprit son monture en direction du port. Le convoi quant à lui prit la route du 8ème Royaume, veillant sur sa précieuse cargaison.